14 septembre 2012
unreal tournement jeux violent

Jeux vidéo violents, c’est bon pour les enfants

Connus pour développer l’agressivité, les jeux vidéo violents sont aussi très utiles pour accroître durablement les capacités visuelles, l’attention ou même la créativité des enfants.

Massacrer vos ennemis virtuels à grand coup de rafales de mitrailleuse augmenterait les capacités cognitives de votre cerveau. L’article paru ce mois-ci dans la Recherche intitulé « les effets positifs des jeux vidéo » a aiguisé ma curiosité numérique. Voici donc un aperçu de travaux actuels sur le sujet.
Daphné Bavelier dirige le laboratoire « Brain & learning » à l’université de Genève. Elle travaille plus particulièrement sur la plasticité cérébrale qu’elle applique à deux domaines : la surdité et les jeux vidéo.
Son équipe a démontré que les adeptes des FPS  se concentrent mieux que les non-joueurs. Lorsqu’ils doivent chercher une cible, ils se fatiguent moins vite et se laissent moins distraire par d’autres objets ; ils réagissent plus vite, parviennent aussi plus rapidement à recentrer leur attention à la recherche d’une nouvelle cible.

Air VPN - The air to breathe the real Internet

Lire la suite

12 septembre 2012
SNOWMAN hITLAB PROJECT

Les jeux vidéo utilisés comme antidouleur

Accusés de développer l’agressivité, les jeux vidéo peuvent être très efficaces pour lutter contre la douleur.

Les méfaits des jeux vidéo sur nos chères têtes blondes sont un sujet récurrent dans les médias. Père de deux garçons joueurs et joueur moi-même, j’ai eu envie d’aller fouiller le web pour en savoir plus et voir si tout était aussi manichéen qu’il y parait. Je vais vous faire profiter de mes trouvailles dans une série d’articles sur le sujet.

Clockwork orange (http://worldsstrongestlibrarian.com)

Le traitement des jeunes violents vu par S. Kubrick dans le film Orange Mécanique 😉

Commençons par le travail de Richard Stephens qui a mené pour l’Université de Keele une étude sur 40 bénévoles. Les participants ont joué à la fois à un jeu violent du type FPS « first person shooter » et un jeu plus calme de Golf. Après chaque session de jeu, ils plaçaient une de leurs mains dans de l’eau glacée pour tester leur réaction à la douleur.

Ceux qui avaient joué au jeu violent ont réussi à garder leur main dans l’eau gelée 65 % de temps en plus que les « non-violents ». L’équipe a aussi constaté pour les « violents » une augmentation du rythme cardiaque. Lire la suite