Ami sur Facebook : comment être un parent sur Facebook ?

Quand les enfants sont encore en primaire, les parents utilisent parfois Facebook pour partager des photos des fêtes d’anniversaire, des projets scolaires et des événements familiaux.

Air VPN - The air to breathe the real Internet

Mais qu’en est-il des parents d’un adolescent en âge de mettre lui même sur Internet ses propres photos et événements?

Une récente étude réalisée par des américains nous apporte quelques réponses.

Ainsi si vous ressemblez à la majorité des parents des États-Unis, vous allez probablement avouer accéder secrètement au profil de votre adolescent pour voir ce qu’il ou elle est en ligne.

En effet, selon un sondage « Digital Coming of Age » effectué par AVG, une entreprise de sécurité en ligne, 6 parents sur 10, d’enfants de 14 à 17 ans, admettent vérifier secrètement les comptes de leur adolescent pour surveiller leur activité en ligne.  Dans le monde, ce nombre est d’environ cinquante pour cent (32% pour la France). L’enquête a consulté plus de 4000 parents dans 11 pays.

Une autre solution, moins intrusive, que j’ai personnellement choisie avec mon fils aîné, consiste à être «ami» Facebook de son enfant; (72% des parents aux Aux États-Unis)

Ces différentes méthodes montrent le besoin qu’éprouvent  les parents de protéger leurs enfants contre le harcèlement en ligne mais aussi de tenter de fixer des limites au  rôle que les réseaux sociaux peuvent représenter dans l’activité des enfants.

Les parents, même ceux qui, secrètement, vérifient le profil personnel de leur enfant, ne le font  probablement pas pour traquer  leur enfant ou ses  amis.  Reconnaître et interagir avec la présence en ligne de son enfant peut tout simplement devenir une autre facette du rôle de parent.

Bien sûr, les adolescents sont assez malins pour utiliser les différents paramètres de confidentialité proposés par Facebook et ainsi limiter la participation des parents.  Mais est-ce grave?

je ne pense pas que l’interaction parent/enfant en ligne ait besoin d’ être envahissante pour être efficace. Elle n’est que le complément du dialogue qu’il faut maintenir avec son enfant sur ce sujet comme sur le reste 😉

A ce titre les derniers chiffres de l’étude sont intéressants à interpréter. A la question : « Avez vous déjà constaté un contenu inapproprié sur le profil de votre enfant  ? » Très peu de parents répondent oui (21% au USA, 4% en France).

Est ce par aveuglement ou est ce par efficacité du dialogue parent/enfant, je n’en sais rien mais je préfère croire à la dernière explication 🙂

 

Source : avgdigitaldiaries

 

Laissez un commentaire